Mousse au chocolat par Philippe Etchebest

Les ingrédients

    Pour la mousse au chocolat :

  • 250 g de chocolat à 52 %
  • 100 g de beurre
  • 4 jaunes d’œufs
  • 8 blancs d’œufs
  • 40 g de sucre
  • Pour le streusel :

  • 80 g de farine
  • 20 g de cacao en poudre
  • 100 g de beurre
  • 80 g de sucre
  • 100 g de poudre d’amandes
  • 50 g de noisettes concassées
  • Pour la décoration :

  • 150 g de chocolat à 52 %
  • 2 oranges

La préparation

  1. Faites fondre le chocolat et le beurre au bain-marie. Dans un saladier, versez les 8 jaunes d’œuf et le sucre. Fouettez jusqu’à ce que le mélange blanchisse et double de volume.
  2. Mélangez le chocolat fondu et le beurre puis incorporez le tout dans la préparation sucre-œufs.
  3. Montez les blancs en neige, pas être trop fermes, il faut qu’ils restent mousseux.
  4. Incorporez la moitié des blancs en neige dans le saladier. Puis, versez le contenu du saladier sur le reste des blancs d’œufs et mélangez délicatement à la maryse.
  5. Pour la décoration : préparez un saladier d’eau glacée. Faites fondre le chocolat au bain-marie. Lorsqu’il est fondu, faites-le couler dans l’eau glacée pour qu’il fige. Aidez-vous d’une cuillère pour former de jolis tourbillons. Lorsque le chocolat a durci, égouttez-le sur un papier absorbant.
  6. Versez la mousse dans un plat, déposez la décoration au chocolat sur le dessus et réservez au frais toute une nuit.
  7. Le lendemain, préparez le streusel : dans un saladier, mélangez la farine, le cacao, le sucre, la poudre d’amande, le beurre pommade et les noisettes concassées. Formez une boule de pâte que vous émiettez sur une plaque. Enfournez 15-20 min à 180 °C.
  8. Levez les suprêmes d’orange et taillez-les en cubes.
  9. Dressez une assiette creuse avec un peu de salade d’oranges, disposez le streusel, la mousse au chocolat par-dessus et terminez avec un peu de zeste d’orange.

Biscuit à l’ananas

Les ingrédients

    Pâte:

  • 3 jaunes
  • 3 blancs d’œufs
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à café de vanilline
  • 90 gr de sucre
  • 90 gr de farine
  • 30 ml de lait
  • 30 ml d’huile
  • Crème:

  • 400 gr de crème fouettée
  • 60 gr de sucre glace
  • 1 cuillère à café de vanilline
  • 2 gouttes de colorant alimentaire
  • 240 gr d’ananas au sirop

La préparation

  1. Fouettez les jaunes d’œufs avec le sel et le sucre.
  2. Battre les blancs d’œufs en neige ferme et ajouter le sucre et les jaunes d’œufs.
  3. Ajoutez ensuite la farine, l’huile et le lait.
  4. Verser le mélange dans un moule de 15cmx7cm.
  5. Cuire au four à 320°F/160° pendant 30-35 minutes.
  6. Montez la crème avec le sucre glace et la vanille, puis ajoutez le colorant.
  7. Assemblez le gâteau et laissez-le au réfrigérateur pendant 3-4 heures.

Chouquettes Chocolat

Les ingrédients

  • 150g de farine
  • 120g de beurre
  • 250g de l’eau
  • 1c.à.c de sel
  • Sachet de sucre vanillé
  • 1c.à.s de sucre
  • 4 oeufs
  • Sucre pérlés

La préparation

  1. Dans une casserole faire chauffer le beurre, le sucre, le sel, l’eau, et le sucre vanillé ,porter à ébullition
  2. Hors du feu ajouter la farine en une seule fois, mélanger bien avec une cuillère en bois, puis remettre sur le feu pour désecher, jusqu’à ce que la pâte se détache de la casserole.
  3. Retirer du feu et déplacer la pâte dans le bol du robot, et refroidir la pâte en mélangeant à l’aide de la feuille , en ajoutant les œufs un par un (la pâte doit être lisse et brillante )
  4. Ensuite metter dans une poche à douille, pocher sur du papier cuisson, parsemer de perles de sucre, réchauffer le four à 180 degrés, enfourner pour 20 à 25 minutes jusqu’à avoir une belle couleur dorée

Crème pâtissière au chocolat

Les ingrédients

  • 180ml de lait
  • 2 jaunes d’œufs
  • 30g de sucre
  • 10g de maïzena
  • 60g de chocolat noir
  • 1 cac d’extrait de vanille
  • 20g de beurre

La préparation

  1. Blanchir les jaunes d’œufs et le sucre, puis incorporer la maïzena, mélanger bien.
  2. Dans une casserole verser le lait, porter à ébullition.
  3. Après verser un peu de lait sur les œufs, fouetter bien, après ajouter les tout dans la casserole.
  4. Faire chauffer et fouetter sans cesser de remuer jusqu’à ce que le mélange épaisse.
  5. Ensuite ajouter le chocolat haché, mélanger bien jusqu’à soit fondu , enfin verser le beurre, mixer et réserver au frais.

Pâte d’ananas

Les ingrédients

  • 1 Ananas (ou Ananas en rondelles)
  • 1 Verre Eau
  • Sucre Cristallisé (Poids de la purée)

La préparation

  1. Couper l’ananas en morceaux.
  2. Cuire dans l’eau, jusqu’à ce qu’ils soient devenus très tendres
  3. Passer-les au mixer, puis peser la pour calculer le poids du sucre
  4. Mélanger la purée et le sucre
  5. Cuire à feu très doux, au saucier électrique (ce qui évite la surveillance)
  6. Ou alors à la cocotte ordinaire en remuant sans cesse
  7. La pâte est cuite lorsqu’elle devenue transparente et épaisse et qu’elle se détache en masse du récipient
  8. Huiler et saupoudrer de sucre un moule (Carré ou rectangulaire) (plat en pyrex, moule à gâteau)
  9. Étendre la pâte sur 1 cm d’épaisseur
  10. Laisser refroidir et dessécher durant 1 à 2 jours dans un endroit frais
  11. Découper la pâte en carrés ou losanges
  12. Passer les morceaux dans du sucre cristallisé

Du Japon à la Bretagne, la success story d’un roi de la crêpe

Bertrand Larcher est un entrepreneur à succès, en France et au Japon. Fondateur de « Breizh café », il s’apprête à ouvrir une nouvelle enseigne à Rennes. Son secret ? Défendre « le meilleur de la gastronomie bretonne ».

Originaire d’un petit village près de Fougères, Bertrand Larcher est devenu un entrepreneur à succès. Tout a commencé pour lui avec une première crêperie… Qu’il ouvre au Japon. Aujourd’hui, il possède sept restaurants sur l’archipel nippon et 12 en France avec son enseigne Breizh café… Dont une ouverture, prévue à Rennes, en 2024, dans le quartier des lices.

Formé au lycée hôtelier de Dinard, il s’était ensuite en Suisse, avant de filer au Japon. Son credo depuis toujours : « Une cuisine simple, saine et gourmande ». Son produit phare : le sarrasin, une protéine végétale dont il n’hésite jamais à vanter les qualités nutritionnelles, mais aussi environnementales. Il a fondé une école internationale de crêpier, à Saint-Malo, et il possède aussi une ferme bio, à Saint-Coulomb. Sur 15 ha, il a planté évidemment… Du sarrasin !

Œufs mimosa en verrines

Les ingrédients

  • 7 œufs
  • 200 ml d’huile
  • 1 cuillère à café de vinaigre
  • De la ciboulette ciselée
  • 1 cuillère à café de moutarde forte
  • Poivre & Sel

La préparation

  1. Faire bouillir de l’eau salée. Y placer délicatement 6 œufs et les faire durcir pendant 10 minutes. Grâce au sel, il sera plus facile d’écaler les œufs par la suite. Mais avant cette opération, il est important de les passer sous l’eau courante et de les laisser refroidir.
  2. En attendant que les œufs durs refroidissent, préparer de la mayonnaise maison. Pour ce faire, utiliser le dernier œuf en le cassant dans un bol. Séparer le blanc du jaune. Mélanger celui-ci avec la moutarde. Assaisonner de sel et de poivre. Ajouter l’huile petit à petit pour faire la mayonnaise. Terminer par une cuillère à café de vinaigre.
  3. Écaler les œufs durs et séparer les blancs des jaunes. Écraser les jaunes à l’aide d’une fourchette, les mélanger avec une cuillerée de mayonnaise.
  4. Hacher les blancs avec un couteau. Ajouter la mayonnaise restante et mélanger. Séparer cette préparation dans 2 récipients. Ajouter la ciboulette dans l’un. Ne rien ajouter dans l’autre bol.
  5. Monter les verrines, en mettant dans l’ordre: blancs avec ciboulette, jaunes et blancs. Placer les œufs mimosa en verrine au réfrigérateur jusqu’au moment de les servir.

Fondant au chocolat par Laurent Mariotte

Les ingrédients

  • 200 g de chocolat de couverture à 70% de cacao
  • 200 g de beurre
  • 4 œufs
  • 60 g de sucre semoule
  • 50 g de farine

La préparation

  1. Préchauffez le four à 200°C. Faites fondre le chocolat avec le beurre en morceaux au bain-marie.
  2. Mélangez et laissez refroidir. Fouettez les œufs avec le sucre, incorporez-y le chocolat puis la farine.
  3. Versez la préparation dans un moule à gâteau beurré et fariné puis enfournez 10 à 15 minutes.
  4. Une fois la cuisson terminée, laissez le fondant refroidir hors du four avant de le réserver 4 à 6 heures dans le réfrigérateur.
  5. Démoulez-le ensuite sur un plat ou une grande assiette.

Pain d’épice par Laurent Mariotte

Le célèbre cuisinier ne cesse de nous faire découvrir ses recettes simples mais délicieuses dans La Table des bons vivants, sur Europe 1. Fêtes de Noël obligent, il s’attaque cette fois au pain d’épice.

Comme chaque samedi, Laurent Mariotte nous met l’eau à la bouche dans La Table des bons vivants, sur Europe 1. Le 11 décembre dernier, il évoquait à l’antenne le pain d’épice, recette incontournable des fêtes de Noël. Ce gâteau au goût si particulier est la spécialité de Strasbourg, de Reims et de Dijon. D’ailleurs, les trois villes se disputent la paternité du pain d’épice. Une chose est sûre, cette recette a été inventée au Moyen Âge, au XIVe siècle. Spécialité des marchés de Noël, le pain d’épice réchauffe les hivers.

Laurent Mariotte nous fait donc l’honneur de dévoiler ses techniques pour réaliser le meilleur pain d’épice. Son secret ? Beaucoup de miel mais surtout : une lichette de pastis !

Comment préparer le pain d’épices de Laurent Mariotte ?
La recette de Laurent Mariotte est très précise mais en réalité très simple à mettre en oeuvre. Comptez 300 grammes de miel, 100 grammes de beurre pommade, 300 grammes de farine, une pincée de sel, 10 grammes de levure, 2 jaunes et 5 blancs d’œuf, 15 grammes de cannelle, 100 grammes de sucre, 5 grammes de badiane en poudre et 2 centilitres de pastis.

Avant de commencer la préparation, préchauffez votre four à 170°C. Commencez par mélanger le miel avec la farine, le sucre, le sel, la levure, le beurre pommade, le pastis et les épices. Ajoutez à cette préparation les jaunes d’œufs, avant de mélanger. Montez les blancs en neige et incorporez-les délicatement à la préparation.

Versez la pâte dans un moule à cake beurré et légèrement fariné puis enfournez pour 50 minutes. A la sortie du four, laissez le pain d’épice refroidir.

Le dernier conseil de Laurent Mariotte est de le laisser attendre jusqu’au lendemain. Il n’en sera que meilleur !

Yves Camdeborde, également chroniqueur à La Table des bons vivants, conseille quant à lui de déguster le pain d’épice avec un bon foie gras. S’il est présent sur votre table de Noël, le pain d’épice s’accompagnera parfaitement d’un verre de champagne.

Sachez également qu’il peut être préparé avec d’autres épices, telles que la coriandre ou le gingembre.

Cheesecake au saumon fumé

Les ingrédients

  • Philadelphia : 300g
  • Ricotta : 250 g
  • Biscuits Tuc : 75 g
  • Beurre : 60 g
  • Saumon fumé : 6 tranches
  • Citron : le jus d’un demi citron
  • Sel – Poivre
  • Ciboulette – Aneth
  • Baies roses

La préparation

  1. Découper du papier cuisson ou rhodoïd et le disposer dans des cercles en inox. Déposer ensuite les cercles sur une plaque préalablement recouverte de papier cuisson.
  2. Astuce : si vous n’avez pas de papier rhodoïd, beurrez légèrement l’intérieur des cercles pour faire adhérer le papier cuisson à l’intérieur.

  3. Faire fondre le beurre.
  4. Réduire en miettes les biscuits Tuc dans un saladier puis ajouter le beurre fondu. Bien mélanger.
  5. Répartir la préparation dans chacun des cercles et tasser à l’aide d’un poussoir (ou à défaut d’un verre).
  6. Dans un saladier mélanger le Philadelphia, la ricotta et le jus de citron.
  7. Prélever 3 tranches de saumon sur les 6 prévues et le couper en petit morceaux.
  8. Ciseler l’aneth et la ciboulette.
  9. Ajouter le saumon, l’aneth et la ciboulette à la préparation et bien mélanger.
  10. Saler et poivrer au goût.
  11. Répartir la préparation dans les cercles et lisser la surface.
  12. Mettre au réfrigérateur 6h minimum ou la nuit.
  13. Démouler les cheesecakes.
  14. Découper le saumon restant en morceaux et le déposer sur les cheesecakes.
  15. Déposer quelques baies roses, de l’aneth et de la ciboulette et servir frais arrosé de jus de citron.

A la Mort Subite

Pour connaître l’origine de la dénomination peu ordinaire de cette bière, il nous faut remonter plus que 100 ans d’ici. C’est en effet, vers 1910 que Monsieur Théophile VOSSEN exploitait l’établissement « LA COUR ROYALE » situé au coin des rues d’Assaut et de la Montagne. Parmi sa clientèle, nombreux étaient les « habitués » de la banque Nationale (Courtiers, encaisseurs, etc..) Le nombre de guichets y étant trop restreint, l’on comprend qu’il leur était plus agréable de « tuer » le temps à attendre entre copains devant un bon verre, plutôt que devant les guichets. Et les « tournées » se succédaient, se gagnaient ou se perdaient au « PITJESBAK » devenu de nos jours le jeu de dés « 421 » Le malheureux perdant devenait le mort. Lorsque le temps pressait, on procédait à une « der des der  » que l’on jouait en un coup sec,……D’ou le nom  » MORT SUBITE « .
Bien vite, cette appellation étant devenue courante dans le langage des habitués de la COUR ROYALE, Monsieur Théophile VOSSEN rebaptisa son établissement, lui donnant comme nouvelle enseigne « A LA MORT SUBITE ». De là à donner le nom à sa gueuze, il n’y avait qu’un pas qu’il franchit allègrement. Fin 1928, Monsieur VOSSEN déménage, mais reste néanmoins dans le quartier.
René et Jean-Pierre VOSSEN continuèrent la tradition de leur grand-père pendant 36 ans. Actuellement, les arrières-petits-fils VOSSEN, Bernard et Olivier, 4 ème génération du nom, vous servent de biens délicieuses gueuze au n° 7 de la rue Montagne aux Herbes Potagères, dans l’établissement qu’ils exploitent et qui, tout en gardant son cadre d’origine classé a toujours comme enseigne :
Source Wikipédia

Tagliatelles aux Saint-Jacques

Cette année nous avons bien-sûr pensé à celles et ceux qui ne souhaitent pas passer trois heures en cuisine le jour de Noël. Pour ceux-ci nous avons trouvé le plat parfait, chic, délicieux, mais ne nécessitant qu’un effort de cuisine minime.

C’est un plat à favoriser si vous n’attendez pas une grande tablée pour Noël, il sera idéal pour un repas de 2 à 6 personnes. Au delà orientez-vous vers une volaille ou un boeuf wellington, car vous risquez de passer trop de temps à la cuisson des Saint-Jacques (sans compter le prix qui peut grimper vite).

Les tagliatelles aux Saint-Jacques sauce champagne
Pensez avant tout à la qualité des produits que vous utilisez : tagliatelles fraîches, véritables Saint-Jacques (fraîches ou surgelées), crème épaisse bio. Pour le champagne, utilisez une fin de bouteille, ou bien un mousseux si le prix est trop élevé pour votre budget.

Commencez par snacker vos Saint-Jacques dans un beurre mousseux. La cuisson ne doit pas durer plus d’une minute trente par face, afin de conserver les Saint-Jacques bien translucides à l’intérieur. Les Saint-Jacques trop cuite sont caoutchouteuses et peu agréable à dégustez, soyez donc bien vigilants lors de cette étape. Réservez hors du feu.

Pendant ce temps lancez la cuisson des tagliatelles dans un grand volume d’eau salée.

Versez le champagne dans la poêle encore chaude afin de déglacer les sucs de cuisson. Faites réduire. Ajoutez une petite louche d’eau de cuisson des pâtes, l’amidon va agir en liant la sauce. Enfin, terminez avec une belle cuillère de crème fraîche épaisse.

Egouttez les pâtes, versez-les dans la sauce et mélangez bien. Ajoutez les Saint-Jacques pour les réchauffer. Servez immédiatement.

La version petit budget
Cette recette représente un budget trop élevé pour vous ? Pas de souci, vous pouvez tout à fait l’adapter de la façon suivante : remplacez les Saint-Jacques par des pétoncles, on en trouve à un prix tout à fait raisonnable dans les magasins de surgelé. Pour que la recette soit réussir, réduisez le temps de cuisson des pétoncles par rapport aux Saint-Jacques, celles sont sont en effet plus petites et cuisent plus vite.

Remplacez ensuite le champagne par du cidre, vous verrez que le résultat est tout à fait surprenant et délicieux. Bonne dégustation !

Michel Sarran intègre La Meilleure Boulangerie de France

La nouvelle saison de « La Meilleure Boulangerie de France » sera de retour sur M6 pour une 11ème saison encore plus gourmande. À son bord, le boulanger Bruno Cormerais et la pâtissière Noémie Honiat, un duo de choc complété par un petit nouveau dans l’aventure, le chef Michel Sarran.

Le trio de la nouvelle saison de La Meilleure Boulangerie de France sera inédit. En 2024, le chef étoilé Michel Sarran viendra compléter le duo Bruno Cormerais et Noémie Honiat. Ce dernier remplace Norbert Tarayre, qui avait annoncé son départ de l’émission en septembre 2023. Lors de la conférence de presse organisée par la chaîne M6, la rédaction de Cuisine Actuelle a eu l’occasion d’en savoir un peu plus et de poser quelques questions à Michel Sarran sur ce nouveau rôle inattendu. On vous dit tout !

Quel est le rôle de Michel Sarran dans La Meilleure Boulangerie de France ?
Rejoindre cette émission, Michel Sarran ne l’aurait jamais envisagé. D’autant que remplacer un personnage comme Norbert Tarayre, ce n’est pas rien, « j’étais inquiet, angoissé, stressé avant de commencer. Est-ce que je vais correspondre à ce qu’ils attendent de moi ? Norbert avait une personnalité forte dans l’émission, alors moi j’essaie d’être moi-même à mon tour » nous confie Michel Sarran. Le chef aura l’occasion de montrer de quoi il est capable à travers plusieurs prismes de l’émission. Pour cette nouvelle saison, il va s’occuper de la partie salée, en lançant des défis aux boulangers, comme de revisiter des produits et recettes des régions de France ou préparer des tutos cuisine pour les téléspectateurs. Évidemment, Michel Sarran sera aussi aux côtés de Bruno Cormerais et Noémie Honiat pour les dégustations finales.

Comment s’est passée l’arrivée de Michel Sarran dans l’équipe de l’émission ?
Comme Norbert Tarayre la saison précédente, Michel Sarran ne sera pas sur les routes toute la semaine mais seulement le week-end pour les dégustations finales. Un rôle à distance qui a empêché le chef de parfaitement s’intégrer au duo formé par Bruno Cormerais et Noémie Honiat : « Je n’ai pas forcément été bien accueilli tout de suite, Bruno est très méfiant (rires). Je me suis dit, je vais avoir du mal à me faire une place dans ce programme. D’abord parce que je viens d’arriver et que je n’ai pas la connaissance et l’expertise de Bruno. C’est très difficile d’arriver dans une émission à la 11ème saison. Bruno est chez lui, il est à l’aise, il a vu du monde passer. Ça a duré une émission puis ensuite tout s’est super bien passé avec les deux. On a le même discours, on aime les mêmes choses. Et même si on a chacun notre expertise, mis ensemble ça fait une belle équipe. »

Ce que Michel Sarran pense de l’émission La Meilleure Boulangerie de France
Michel Sarran n’a pas accepté tout de suite de faire l’émission car il n’avait pas envie de « faire de la télé pour faire de la télé ». Mais finalement, en découvrant plus en profondeur l’émission sur M6, le chef a eu un déclic, « quelque chose est évident dans ce programme : la découverte de mon pays, des régions, la découverte autour des métiers de bouche qui sont importants pour la France. Le fait de rencontrer des artisans qui dont la richesse de ce patrimoine, lancer des défis ça m’a donné envie ».

La relation de Michel Sarran avec le pain
Depuis sa participation à l’émission, le chef étoilé a découvert un tout nouvel univers. Impressionné par le travail des boulangers, Michel Sarran s’est rendu compte de la complexité du pain, des différentes techniques, saveurs, textures, « c’est incroyable comme univers et je n’ai pas cette connaissance-là. Pour nous, chefs, le pain vient en complément d’un repas. On le choisit bien avec nos plats mais je ne suis pas capable d’avoir une analyse pointue sur le pain. J’ai découvert qu’il y a de multiples possibilités. J’ai découvert beaucoup de choses. L’expertise de Bruno m’a beaucoup apporté ».

Cette année encore, le niveau sera impressionnant !

Elle reçoit une facture de restaurant de 55 000 € après avoir partagé par erreur une photo de son repas

Sur les réseaux sociaux, elle exposait sans le savoir son QR code et tout le monde en a profité pour commander.

Ce 23 novembre, une cliente chinoise dînait tranquillement dans un restaurant lorsque le personnel lui a amené une facture de 430 000 yuans (soit 55 000 euros environ).

En analysant l’addition, la jeune femme, dénommée Wang, a été d’autant plus surprise qu’elle n’avait pas commandé ces plats. La faute, en revanche, était bien la sienne. Plus tôt dans la soirée, rapporte le média South China Morning Post, la cliente avait publié une photo de son repas sur WeChat Moments, un réseau social avec un accès restreint des contacts. Sans le savoir, le QR code de sa commande apparaissait en fond.

Près de 10 000 plats de pâtes aux crevettes
Immédiatement, et malgré le nombre limité de gens ayant accès à cette photo, des dizaines de personnes l’ont utilisé pour passer leur propre commande à l’aide de leur smartphone. Au vu des 1 850 portions de canard, 2 580 plats de calamars et des 9 990 pâtes aux crevettes commandés, Wang a supposé qu’un internaute avait téléchargé sa photo pour la publier à un nombre plus large de personnes. Supprimer sa publication n’a en effet rien changé et les commandes ont continué de s’accumuler.

Devant les commandes massives reçues par l’établissement, le personnel du restaurant s’est penché de plus près sur la question et a fini par relier les commandes à la jeune femme. Heureusement pour elle, le restaurant n’a pas obligé Wang à payer l’addition, ignorant toutes les nouvelles commandes passées via le code.

Îles flottantes exotiques

Les ingrédients

  • 450 ml de lait
  • 4 œufs
  • 50 g de sucre
  • 1 cuillère à café de fécule de maïs
  • 200 g de coulis mangue/passion
  • De la noix de coco râpée
  • 1 fruit de la passion

La préparation

  1. Séparez les blancs des jaunes d’œufs. Fouettez les jaunes d’œufs avec 25 g de sucre et la fécule de maïs dans un saladier.
  2. Portez à ébullition le lait dans une casserole. Versez les 2/3 du lait bouillant sur les jaunes en fouettant puis reversez le mélange dans la casserole.
  3. Mélangez sur le feu jusqu’à ce que la préparation atteigne 83°C ou nappe la cuillère, puis versez dans un saladier. Ajoutez le coulis mangue-passion, mélangez, couvrez et placez au frais.
  4. Fouettez les blancs en neige. Quand ils commencent à mousser, ajoutez 25 g de sucre et continuez de fouetter jusqu’à obtenir une texture ferme.
  5. À l’aide d’une cuillère disposez des tas de blanc en neige sur une assiette et faites cuire au four à micro-ondes pendant 25 secondes à 800 W (ou au four pendant dix minutes à 120°C).
  6. Saupoudrez-les ensuite de noix de coco râpée. Versez la crème mangue-passion dans des coupes, ajoutez les blancs cuits et un peu de pulpe de fruit de la passion et servez.

Sandwiches de butternut rôti au miel et du Mont d’Or

Fromage fondu et butternut rôti, ça marche toujours. Alors, que vous vous lanciez pour des sandwiches pour quatre ou que vous la jouiez solo avec les restes de la veille, on vous conseille fort ce mariage avec moutarde à l’ancienne et miel entre deux belles tranches toastées de pain au levain.

Les ingrédients

  • 1/4 de butternut
  • 1/4 de Mont d’Or
  • 2 tranches de pain au levain
  • 1 cuillère à café de moutarde à l’ancienne
  • 1 cuillère à café de miel
  • sel / poivre / huile d’olive

La préparation

  1. Éplucher le butternut, le couper en deux, l’évider et le débiter en tranches de deux centimètres d’épaisseur environ. Dresser les morceaux avec de l’huile d’olive, le miel, du sel et du poivre et enfourner sur une plaque pendant environ 30 minutes à 180 °C. Pendant ce temps, dans un autre plat, faire fondre le Mont d’Or dans sa boîte.
  2. En fin de cuisson, toaster les tranches de pain puis monter le sandwich en alternant une tranche de pain, la moutarde à l’ancienne, de beaux morceaux de butternut fondants, du Mont d’Or fondu puis la dernière tranche de pain. Servir immédiatement.

Langues de chat

Les ingrédients

  • 50 g de beurre
  • 50 g de sucre en poudre
  • 50 g de farine
  • 2 blancs d’œuf
  • 1 sachet de sucre vanillé

La préparation

  1. Travailler le beurre jusqu’à le rendre crémeux.
  2. Ajouter le sucre, la vanille et la farine.
  3. Bien mélanger.
  4. Incorporer les blancs d’œufs un à un.
  5. Beurrer et fariner légèrement la plaque du four et la fariner.
  6. Mettre la pâte dans une poche a douille.
  7. Former des bâtonnets de pâte espacés sur la plaque.
  8. Préchauffer le four à 200° C.
  9. Enfourner 7 à 8 min à four chaud jusqu’à ce que les langues de chat soient dorées.
  10. Décoller et laisser refroidir avant de déguster.

Kouign-amann par Olivier Lainé

Les ingrédients

  • 50 g de beurre doux
  • 50 g de cassonade détrempe
  • 250 g de lait
  • 25 g de levure boulangère
  • 500 g de Farine Type 55
  • 12 g de sel fin
  • 50 g de sucre
  • 8 g miel acacia
  • 50 g de beurre doux
  • Le tourage

  • 250g de beurre doux ou demi-sel
  • 200g de sucre

La préparation

  1. Mélanger ensemble le lait et la levure boulangère. Dans une cuve de batteur munie d’un crochet, mélanger la farine, le sel, le sucre, le miel, le beurre doux, puis le mélange lait / levure boulangère. Mélanger pendant 2 minutes à petite vitesse, puis pétrir pendant 4 minutes à vitesse moyenne.
  2. Laisser reposer pendant 30 minutes à température ambiante. Rabattre, étaler en rectangle et mettre au réfrigérateur à 4°C pendant 2 h. Mélanger à la feuille le beurre et le sucre.
  3. Former un carré de beurre à l’aide d’un film, remettre au réfrigérateur 1 h. Étaler la détrempe deux fois plus longue que votre carré de beurre, puis emprisonner le beurre dans la pâte.
  4. Tourer avec 125 g de sucre semoule. Filmer et réserver au réfrigérateur pendant 30 minutes. Tourer à nouveau avec 125 g de sucre semoule. Filmer et réserver au réfrigérateur pendant 30 minutes.
  5. Abaisser la pâte à 4 mm sur 20 cm de largeur. Détailler 2 carrés de 20 cm x 20 cm. Rabattre chaque angle afin de faire apparaître une croix sur chacun des kouign-amann.
  6. Beurrer et sucrer (cassonade) 2 moules de 18 cm de diamètre. Retourner les kouign-amann et les déposer dans chaque moule.Laisser reposer pendant 1h30 à 25°C.
  7. Enfourner a` 180°C pendant 20 à 25 minutes. Sortir du four, retourner et démouler aussitôt

Ananas rôti aux épices : une recette savoureuse de Laurent Mariotte prête en 30 minutes

Pour finir vos repas de fêtes avec une touche vitaminée et plus légère, Laurent Mariotte propose une recette d’ananas rôti aux épices simple et rapide à faire.

La période des fêtes appelle les desserts assez lourds, entre bûches à la crème au beurre, gâteaux et crèmes glacées. Et ceux-ci suivent généralement des repas eux-mêmes copieux. C’est pourtant également la saison des fruits exotiques. Ceux-ci permettent de confectionner des entremets chargés de vitamines, mais aussi plus faciles à digérer. On peut notamment citer l’ananas. Outre son goût sucré et tropical, il contient beaucoup de vitamines C, mais aussi de la broméline. Cet enzyme a la particularité de décomposer les protéines. L’ananas facilite donc la digestion, notamment après un repas très carné. Il peut être dégusté en salade de fruits, mais aussi seul ou sublimé avec des épices comme dans la recette proposée par Laurent Mariotte et que l’on retrouve dans son ouvrage La cuisine pour tous, paru aux éditions Solar.

Un dessert ultra simple
Le chroniqueur culinaire a dévoilé une recette d’ananas rôti aux épices simple et rapide à faire. Elle ne nécessitera qu’une casserole en guise de matériel. L’essentiel du travail consiste à préparer un sirop. Pour cela, mélangez du beurre, du miel, une gousse de vanille fendue, le zeste d’une orange, un clou de girofle, un bâton de cannelle et un peu de gingembre dans une casserole.

Pelez ensuite vos ananas (un ananas Victoria conviendra parfaitement) à vif et découpez-les en six morceaux chacun. Déposez-les dans la casserole et faites rôtir pendant 20 minutes en prenant soin de bien enrober le fruit dans le sirop. C’est déjà prêt et il n’y a plus qu’à dresser. Déposez les morceaux d’ananas dans une assiette et versez le caramel par-dessus. Ajoutez un peu de badiane et une gousse de vanille. Pour une touche visuelle sophistiquée, conservez la couronne de l’ananas que vous poserez au centre des morceaux de fruit. Vous pouvez servir votre ananas rôti aux épices seul ou accompagné d’une boule de glace à la vanille selon vos goûts.

Vinaigrette par Alexandre Mazzia

Les ingrédients

  • 1/2 citron jaune
  • 1/2 pamplemousse
  • Huile d’olive
  • 20g de graines de pavot
  • Coriandre
  • 1/2 citron vert
  • 1/2 orange
  • 20g de graines de lin
  • 20g de noix de cajoux

La préparation

  1. Commencez par presser tous les agrumes dans un saladier.
  2. Ajoutez des l’huile d’olive, au moins deux fois plus que le jus des agrumes.
  3. Faites torréfier les graines et les noix de cajou dans une poêle sans matière grasse en remuant pour éviter qu’elles ne brulent. La torréfaction va développer les arômes. Concassez les noix de cajou et ajoutez tout dans la vinaigrette.
  4. Ciselez de la coriandre ou de la ciboulette et ajoutez là dans la préparation, avec un peu de zeste de citron vert.
  5. Vous pouvez utilisez cette vinaigrette en salade ou comme un condiment pour une viande ou un poisson.

Ailes de poulet pimentées au miel

Les ingrédients

  • 1kg d’ailes de poulet
  • 250 ml de sauce heinz57( supermarché rayon asiatique)
  • 130 ml de miel
  • 1 à 2 piment rouge
  • 4 gousses d’ail
  • Gingembre, coriandre, sel et poivre
  • 250 ml d’huile

La préparation

  1. Écraser ail, gingembre et mariner le poulet en ajoutant sel et poivre.
  2. frire le poulet à l’huile très chaude.
  3. une fois cuits, mélanger la sauce heinz57 au miel et badigeonner le poulet.
  4. passer à la braise pour le griller légèrement tout en continuant de le badigeonner de sauce au miel. Cela permettra à la sauce de bien adhérer.
  5. hachée finement la coriandre, le piment et mélanger le tout dans un saladier avant de le servir bien chaud.
  6. peut se manger avec du riz cantonnais, nouilles chinoise où légumes et pommes sautés.

Tartine Vosgienne

La Tartine Vosgienne, une recette simple mais riche en goût et en histoire, illustre parfaitement la richesse de la gastronomie française. Originaire des Vosges, cette tartine combine les saveurs rustiques et réconfortantes du terroir vosgien, offrant un mélange de textures et de goûts qui ravit les papilles. Elle témoigne de l’ingéniosité des habitants de cette région montagneuse, qui savaient créer des plats savoureux avec des ingrédients locaux et de saison.

Le choix du pain, élément central de ce plat, est crucial. Le pain de campagne, avec sa croûte croustillante et sa mie tendre, sert de toile de fond parfaite pour les autres composants. La tartine est ensuite garnie de lard fumé croustillant, d’oignons grillés pour une touche sucrée, et de fromage fondant, choisissant parmi des variétés locales comme le munster, le géromé, ou la munstiflette. Chaque bouchée est un hommage au savoir-faire culinaire vosgien, un équilibre entre la simplicité des ingrédients et la complexité des saveurs.

Les ingrédients

  • 1 tranche de pain de campagne
  • 2 tranches de lard fumé
  • Pommes de terre sautées (quantité selon le goût)
  • Oignons grillés (optionnel)
  • Fromage (munster, géromé, ou munstiflette)

La préparation

  1. Préparation du pain : Coupez une tranche de pain de campagne. Pour plus de texture, vous pouvez la griller légèrement.
  2. Ajout des garnitures : Disposez les pommes de terre sautées et les oignons grillés sur la tranche de pain. Les oignons sont optionnels, mais ils apportent une saveur supplémentaire.
  3. Fromage : Ajoutez un morceau généreux de fromage. Les fromages vosgiens ajoutent une onctuosité et une profondeur de goût unique.
  4. Lard fumé : Couvrez avec les tranches de lard fumé grillées pour une touche fumée.
  5. Gratinage : Faites gratiner au four préchauffé à 180°C jusqu’à ce que le fromage fonde et dore légèrement.

La Belle Étincelle risque la fermeture

Le restaurant popularisé par le téléfilm La Belle Étincelle est menacé de fermeture à cause de difficultés économiques.

Il y a quelques semaines, nous vous parlions de la fabuleuse histoire de La Belle Étincelle, un restaurant inclusif mis en lumière grâce au téléfilm du même nom, diffusé sur M6. Malheureusement, est menacé de fermeture. Une cagnotte est ouverte pour le sauver.

Une aventure humaine et culinaire
Vous avez peut-être suivi les belles aventures de Philippe, Virginie, Noé et tous les autres, dans le téléfilm La Belle Étincelle. Si tel est le cas, vous savez sans doute que le scénario est inspiré d’une histoire vraie… et que le restaurant est, aussi, bel et bien réel.

Situé Boulevard Pasteur, dans le 15e arrondissement de Paris, La Belle Étincelle accueille ses premiers clients en septembre 2020. À l’origine de ce projet : le souhait de favoriser l’insertion professionnelle et sociale des personnes en situation de handicap. Pari réussi puisque les clients affluent. Oui mais voilà, malgré cela, la rentabilité n’est pas au rendez-vous. Interrogé par Le Parisien, Fabrice Goldstein, le producteur à l’origine du téléfilm, explique : “Le coût de fonctionnement est très élevé. Le restaurant est certes complet tous les midis mais il n’est ouvert que trois soirs par semaine. Ces jeunes ne peuvent pas travailler exactement comme les autres. Il faut des permanents pour les encadrer, une psychologue…” L’aventure de La Belle Étincelle est donc plus que jamais en péril.

Des pistes pour redresser la barre
Abasourdis par la situation, les parents des employés s’inquiètent : “La stabilité est très importante pour ces jeunes.” Toutes les solutions ont donc été examinées afin d’éviter la fermeture de La Belle Étincelle. Mécénat, fonds d’investissement ,et une cagnotte en ligne… qui a été ouverte.Tous les moyens sont bons pour sauver le restaurant. Après avoir tant donné, La Belle Étincelle mérite maintenant de recevoir.

Cet élan de solidarité redonne une lueur d’espoir à toute l’équipe et lui permet de rêver à un avenir meilleur. Pour l’heure, l’établissement doit éponger ses dettes et se pencher sur un nouveau modèle économique viable ainsi qu’un nouveau fonctionnement plus optimisé.

Croque-monsieur montagnard

Les ingrédients

  • 1 petite pomme de terre
  • 2 tranches de pain de campagne
  • 1 càs de crème fraîche
  • 40g de lardons
  • 4 lamelles de reblochon
  • ½ oignon

La préparation

  1. Éplucher et couper l’oignon en morceaux. Le faire cuire quelques minutes à la poêle avec les lardons.
  2. Cuire, éplucher et couper la pomme de terre en rondelles.
  3. Tartiner les tranches de pain avec la crème fraîche.
  4. Étaler la préparation oignons/lardons sur une tranche de pain, puis disposer les rondelles de pomme de terre.
  5. Placer 2 lamelles de reblochon par-dessus et refermer le croque.
  6. Cuire 2 minutes au grill.
  7. Placer les 2 lamelles de reblochon restantes sur le croque et faire gratiner 10 minutes au four à 200°C sans préchauffer.

Crème brûlée par Paul Bocuse

Les ingrédients

  • 4 grands jaunes d’œuf
  • 1/3 tasse de sucre cristallisé
  • 1 à soupe de sucre semoule
  • 2 tasses de crème épaisse
  • 1 gousse de vanille, fendue dans le sens de la longueur et grattée
  • 1/4 tasse de cassonade légère, séchée à l’air

La préparation

  1. Préchauffer le four à 275 ºF. Dans un bol moyen, fouettez les jaunes d’œufs avec la moitié du sucre semoule. Dans une petite casserole, faire chauffer la crème avec les grattages de vanille et le reste du sucre semoule jusqu’à ce qu’elle soit fumante. Incorporer progressivement la crème chaude aux jaunes d’œufs jusqu’à homogénéité. Filtrez la crème anglaise et versez-la dans des ramequins de 5 onces ou des plats à gratin peu profonds.
  2. Placez les ramequins dans un petit plat allant au four et ajoutez suffisamment d’eau chaude du robinet dans le plat pour atteindre la moitié des côtés des ramequins. Cuire au four environ 1 heure et 15 minutes, ou jusqu’à ce que le tout soit pris. Laisser refroidir au bain-marie pendant 10 minutes, les retirer et laisser refroidir complètement. Couvrir et réfrigérer au moins 4 heures ou toute la nuit.
  3. Préchauffer le gril. Tamisez une fine couche uniforme de cassonade séchée à l’air sur chaque crème anglaise. Faire griller 1 ramequin à la fois le plus près possible de la source de chaleur, jusqu’à ce que le sucre fonde et forme une croûte caramélisée. Sers immédiatement.

Tartiflette

Quand on pense montagne, on a toujours l’image de la tartiflette gratinée tout juste sortie du four qui nous vient à l’esprit. Ce plat emblématique de la Savoie est réconfortant, chaleureux et convivial. C’est une recette très facile et rapide à préparer… et si bonne à déguster.

Les ingrédients

  • 1 kg de pommes de terre à chair ferme
  • 1 reblochon
  • 200 g de poitrine fumée
  • 200 g d’oignons
  • 10 cl de vin blanc sec
  • Poivre

La préparation

  1. Préparation de la garniture et des lardons
    Peler les oignons, les couper en deux, retirer le talon, l’autre extrémité et les émincer finement.
    Peler les pommes de terre puis les couper en cubes de 2 cm.
    Tailler la poitrine fumée en petits lardons (la mettre au préalable au congélateur pour se simplifier la tâche).
  2. Pré-cuisson des ingrédients
    A feu moyen, faire suer dans une poêle les lardons pour en faire ressortir le gras.
    Ajouter les oignons émincés, mélanger et les faire colorer légèrement, toujours à feu moyen.
    Ajouter les cubes de pommes de terre, mélanger et faire revenir pendant une dizaine de minutes, en mélangeant de temps en temps.
    Les pommes de terre doivent colorer légèrement et être aux ¾ cuites.
    Ajouter le vin blanc puis mélanger délicatement.
    Faire cuire pendant 5 minutes.
  3. Ajout du Reblochon
    Couper le reblochon en deux dans le sens de l’épaisseur.
    Réserver la partie supérieure.
    Couper le reste en cubes de 2 cm, les déposer sur les pommes de terre puis poivrer assez fortement.
    Mélanger délicatement pour ne pas abîmer les pommes de terre.
  4. Cuisson et dressage de la tartiflette
    Si le récipient de cuisson utilisé pour les pommes de terre ne passe pas au four, verser le mélange aux pommes de terre dans un plat à gratin.
    Ajouter la partie supérieure du reblochon sur les pommes de terre, croûte vers le haut
    Enfourner à 200°C durant 20 minutes, à mi-hauteur du four.
    Servir directement à table dans le plat de cuisson.