D’où vient le kir, ce célèbre apéritif au nom si singulier ?

Composé de vin blanc sec et de crème de cassis, le kir est l’un des apéritifs préférés des Français. Mais, étrangement, l’homme qui inspira son nom n’est pas son inventeur.

L’histoire a retenu le nom du chanoine Kir mais ce n’est pas à cet homme d’Église que le fameux cocktail bourguignon doit sa recette. Également député et maire de Dijon, de 1945 à 1968, Félix Kir fut cependant le vigoureux promoteur du blanc-cassis dijonnais, qu’il consommait assidûment au bar de l’Assemblée Nationale.

Cette boisson était alors très populaire en Bourgogne, avant de conquérir la France dans les années 1950.

À la mairie de Dijon, le blanc-cassis était de toutes les réceptions officielles, si bien que le nom du maire s’est progressivement imposé dans le langage courant pour désigner cet apéritif.

En 1951, la maison Lejay-Lagoute obtient de Félix Kir le droit d’utiliser son nom pour faire la réclame de son blanc-cassis. Ce nom court et facile à prononcer s’est très vite popularisé, au-delà même des frontières françaises.

À la place du champagne
Mais alors qui a inventé le kir ? Si l’on ignore qui a, le premier, mis au point ce mélange de vin blanc sec et de crème de cassis – peut-être un serveur très inspiré ? -, une chose est sûre : c’est Henri Barabant, maire de Dijon de 1904 à 1908, qui l’a imposé aux réceptions de l’hôtel de ville.

L’actuel maire François Rebsamen a même confié à franceinfo qu’en 1904, à la suite d’une délibération du conseil municipal, le champagne, trop coûteux, avait été remplacé par du Bourgogne aligoté. Mais ce vin blanc étant trop amer, on l’avait adouci avec de la liqueur de cassis de Dijon. Plus précisément, un tiers de cassis pour deux tiers de vin blanc.

Depuis, la recette s’est un peu allégée en crème, jugée probablement trop sucrée, et le cassis est parfois remplacé par la mûre, la framboise, la pêche ou la châtaigne. Et il se décline même en version pétillante, avec du crémant, du cidre ou du champagne !

Faut-il piquer ses saucisses avant de les cuire au barbecue ?

Chaque été, la question divise autour des braises. Faut-il ou non piquer les saucisses pendant leur cuisson ? L’édition du soir met un expert sur le gril.

Vous aussi, vous la sentez ? Cette douce odeur estivale qui s’échappe des jardins. Qui vous cueille au retour du labeur… Le barbecue se pose en maître de cérémonie, pour la grande messe des soirs d’été. Au milieu des convives, un invité indispensable : la saucisse. Merguez épicées et chipolatas aux herbes se partagent bien souvent le devant de l’affiche. Mais au moment de les déposer sur le gril, une question scinde le cercle des pros du barbeuc’: faut-il, oui ou non, piquer ses saucisses ? La question alimente toujours de juteux débats autour des charbons ardents. Pour trancher dans le vif, l’édition du soir s’est adjoint les services d’une pointure en la matière : Jean-François Dupont, organisateur du championnat de France de barbecue depuis 2013. La réponse lui brûle les lèvres. « C’est le geste à surtout éviter ! »

Éviter les départs de flammes

Un sacrilège pour le roi du barbeuc’, qui avance plusieurs explications aux novices. « Il faut qu’elle soit cuite à cœur, en général entre 5 et 10 minutes, selon la taille de la saucisse. Mais lorsqu’on la pique, le gras s’échappe sur les braises et déclenche des départs de flammes qui noircissent et assèchent l’aliment. Si on ne la pique pas, on ne va pas avoir de flamme, et donc, une saucisse bien plus goûteuse et moelleuse. »

Charbon, gaz, électrique… Peu importe l’outil de cuisson, « une saucisse brûlée ce n’est pas beau, pas bon au goût et pas bon pour la santé, donc aucun intérêt », insiste le président de la Fédération française de cuisine en extérieur. Pour éviter tout incident avec la fourchette, un ustensile est inévitable : la pince. « C’est l’outil de base du barbecue, parce que cette règle s’applique pour la majorité des aliments. Pour devenir le roi du barbeuc’, il faut devenir le roi de la pince ! »

Le geste est donc bel et bien à proscrire, même pour ceux qui souhaiteraient alléger l’aliment en gras. « Par définition la saucisse c’est du gras et de la viande. Si on ne veut pas manger de gras, on ne mange pas de saucisse. C’est comme si on enlevait le gras du saucisson. Autant se tourner vers d’autres aliments, comme un filet de poulet mariné, ou du poisson ! »

Proscrire les premiers prix

Pour éviter les excès de gras, Jean-François Dupont conseille de se tourner vers des produits de meilleure qualité, quitte à réduire les quantités. « C’est la base. Au goût et à la texture, il n’y a aucune comparaison entre une saucisse premier prix, qui est quasiment blanche, tellement elle comporte de gras, avec des boyaux qui peuvent se percer à la cuisson, et une bonne saucisse industrielle ou de boucher. Ce sont deux produits différents. » La provenance et le label sont aussi des signaux de qualité à surveiller.

Olivier Briand, boucher aux Halles centrales de Rennes, défend son bout de gras allégé. « On ne les fait pas très grasses, dans des boyaux naturels. Quand elles cuisent dans l’enveloppe, elles restent beaucoup plus moelleuses », explique-t-il. En moyenne, d’après le boucher, comptez environ 10 € pour obtenir un kilo de saucisses artisanales.

« Il faut toujours surveiller la cuisson, les retourner régulièrement, et ne pas aller à la sieste, conclut Jean-François Dupont. Ça se mérite une bonne saucisse grillée. Il ne suffit pas de la mettre sur son barbeuc’et d’aller prendre l’apéro. » À bon entendeur…

Brasucade

Les ingrédients

  • 6 kilos de moules de l’étang de Thau ou de mer.
  • 4 tomates
  • 2 oignons
  • 4 gousses d’ail
  • 50 cl de vin blanc, celui que vous servirez à vos invités
  • 15 cl d’huile d’olive
  • 15 cl de pastis
  • 100 gr de jambon cru
  • 6 branches de persil
  • 1 branche de coriandre
  • Des herbes thym, romarin, laurier
  • poivre

La préparation

  1. Vous pelez et épépinez les tomates, épluchez et hachez les oignons avant de faire rissoler le tout dans l’huile et une poêle.
  2. Versez le vin blanc et vous laissez mijoter à feu doux jusqu’à la réduction des tomates en purée.
  3. Hachez finement l’ail, le persil, coriandre et le jambon cru haché.
  4. Vous incorporez ce hachis à votre purée de tomate.
  5. Mélangez, couvrez et faites mijoter 20 minutes
  6. Dans un très grand plat ou poêle à paella vous faites ouvrir vos moules
  7. Dès qu’elles s’ouvrent, vous retirez l’eau et vous versez votre sauce.
  8. Vous mélangez le tout sans arrêt pendant 2 minutes.
  9. Vous versez votre pastis pur
  10. Vous remuez bien le tout pendant 2 minutes et vous servez.

Tarte à la poire

Les ingrédients

  • 3 grosses poires
  • un rouleau de pâte feuilleté
  • Nappage

  • 2 C à soupe d’amande en poudre
  • 20 CL de lait
  • 2 oeufs
  • 1 C à S de crème liquide
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 10 cl de liqueur de poire ( ou à défaut 10 cl d’extrait liquide d’amande amer)

La préparation

  1. Déroulez de la pâte feuilletée dans un moule à tarte, piquez la pâte avec une fourchette, ensuite
  2. Préchauffer le four à 220° et placez le moule à tarte pendant 3 minutes pour rendre la pâte croustillante.
  3. Sortez le moule du four.
  4. Saupoudrez les amandes en poudre de manière homogène, puis Pelez et coupez en quartier les poires et enlevez les pépins, ensuite Faites revenir les poires dans un peu de beurre avec un peu de sucre.
  5. Disposez les poires en quartier sur la pâte en rosace.
  6. Réaliser le nappage :
  7. cassez deux œufs dans un bol, battez les avec une fourchette comme si vous faisiez une omelette, incorporez le lait et la crème fraîche et ajoutez le sucre vanillé, remuer, la préparation doit être mousseuse.
  8. Pour plus de gout verser un soupçon de liqueur de poire à la préparation ou à défaut verser 10 cl d’extrait liquide d’amande amer
  9. Versez le nappage sur la tarte et enfournez pendant 30 à 40 minute à 220 °
  10. Sortez la tarte quand elle est bien dorée.

A consommer chaud ou froid, accompagnée ou pas ‘une crème anglaise c’est top

Cake moelleux

Un cake moelleux, c’est un vrai bonheur. On vous donne nos astuces pour le faire ?

Les ingrédients

    Pour le cake

  • 3 oeufs
  • 185 g de farine de blé (T45) ou 185g de farine T55
  • 160 g de sucre (160g pour une version moins sucrée)
  • 95 g de crème liquide entière ( 30% de MG )
  • 65 g de beurre demi-sel fondu
  • 1 c. à s. de rhum
  • 1 c. à c. d’extrait de vanille ou vanille liquide
  • 1 c. à c. rase(s) de levure chimique
  • 1 pincée de sel ou sel fin
  • 15 g de beurre pour le moule
  • Pour le sirop à imbiber

  • 2 c. à s. d’eau
  • 1 c. à s. de sirop de sucre de canne
  • 1 c. à s. de rhum (ou fleur d’oranger)

La préparation

  1. Beurrez le moule avec le beurre mou.
  2. Dans un bol, cassez les oeufs.
  3. Ajoutez le sucre, le sel et mélangez.
  4. Ajoutez la crème et la vanille et mélangez.
  5. Ajoutez le rhum et l’extrait de vanille.
  6. Ajoutez la farine tamisée avec la levure chimique et mélangez juste assez pour ne plus voir la farine.
  7. Ajoutez le beurre fondu et tiédi et mélangez.
  8. Versez dans le moule beurré et enfournez pour 35 à 40 minutes dans un four préchauffé à 165°C.
  9. Mélangez les ingrédients pour faire le sirop. Puis, faites le chauffer. Quand le cake est cuit, badigeonnez-le de suite avec le sirop puis démoulez sur une grille.

Ce cake se conserve très bien pendant 4 jours emballé dans du film étirable.

Rouleaux de printemps par Cyril Lignac

Le chef Cyril Lignac vous partage sa recette de rouleaux de printemps aux crevettes et à la mangue. Elle sera parfaite comme entrée rafraîchissante ou comme accompagnement léger.

Les ingrédients

  • Des galettes de riz sèches
  • Des crevettes décortiquées coupées en deux
  • De la mangue fraîche épluchée et coupée en cubes
  • Des pousses d’épinards
  • De fromage frais (de la ricotta par exemple)
  • Des zestes de citron vert
  • De la menthe fraîche ou de la coriandre
  • Des carottes râpées

Vous pouvez aussi ajouter des vermicelles de riz, des germes de soja et des feuilles de salade comme dans la recette traditionnelle.

La préparation

  1. Faites tremper les galettes de riz dans de l’eau tiède. Mettez-les ensuite sur un torchon humide afin qu’elles ne sèchent pas.
  2. Étalez les galettes sur une planche ou un plan de travail. Déposez un peu de chaque ingrédient. Placez les crevettes en dernier.
  3. Roulez le rouleau en vous aidant du torchon humide. Fermez-le en l’imbibant d’un peu d’eau si nécessaire. Faites attention à ne pas déchirer la galette.
  4. Tranchez les rouleaux de printemps en deux.

Vous pouvez ensuite présentez les rouleaux de printemps dans une assiette avec un peu de sauce soja

Poireaux gratinés au jambon de Serrano et au fromage

Voici une recette de poireaux gratinés au jambon de Serrano et au fromage facile à préparer, de saison et très gourmande, ce gratin sera idéal pour un repas simple et convivial en famille ! Les poireaux sont cuits dans du bouillon puis roulés avec des tranches de jambon de Serrano, recouverts de sauce béchamel et de Beaufort râpé avant d’être gratinés au four.

Les ingrédients

  • 4 poireaux
  • 8 tranches de jambon serrano
  • 80 cl de bouillon de légumes
  • 100 g de beaufort râpé
  • La sauce béchamel :

  • 40 cl de lait
  • 20 g de beurre
  • 20 g de farine
  • 4 pincées de noix de muscade
  • Sel ou sel fin & Poivre

La préparation

    Les poireaux :

  1. Nettoyez les poireaux puis coupez-les en deux.
  2. Mettez les poireaux dans une grande casserole avec le bouillon de légumes puis laissez-les cuire pendant 20 minutes.
  3. Egouttez-les.
  4. La sauce béchamel :

  5. Faites fondre le beurre dans une casserole, ajoutez la farine et versez le lait en continuant à mélanger pour éviter la formation des grumeaux.
  6. Salez et poivrez, ajoutez une pincée de noix de muscade, amenez le tout à ébullition et laissez cuire quelques minutes jusqu’à obtenir une sauce. Retirez du feu dès que ça commence à s’épaissir.
  7. Ajoutez 50 g de Beaufort râpé dans la sauce béchamel et mélangez soigneusement.
  8. Le montage :

  9. Enroulez chaque tranche de jambon de Serrano autour d’un morceau de poireau.
    Répétez l’opération avec le reste du jambon et des morceaux de poireaux.
  10. Versez la moitié de la sauce béchamel dans un plat à gratin.
  11. Déposez les poireaux au jambon de Serrano par-dessus.
  12. Ajoutez le reste de la sauce béchamel et saupoudrez l’ensemble des 50 g restantes de Beaufort râpé.
  13. La cuisson :

  14. Mettez le plat à gratin dans un four préchauffé à 180°C pour une cuisson de 20 minutes.
    Dégustez chaud.

Tartelettes croustillantes chèvre et poireaux

Une recette toute en légèreté. On aime le mariage chèvre et poireaux et le contraste avec le croustillant de la feuille de brick.

Les ingrédients

  • 4 feuilles de brick ou à pastilla
  • 2 poireaux
  • 1 bûchette de chèvre
  • 2 c. à s. de ciboulette
  • 50 g de beurre
  • 2 pincées de noix de muscade
  • 1 jaune d’oeuf
  • Sel ou sel fin
  • Poivre

La préparation

  1. Nettoyez les poireaux et coupez-les en rondelles.
    Coupez la bûche de chèvre en rondelles.
    Faites revenir les rondelles de poireaux avec 20 g de beurre.
    Ajoutez la muscade, la ciboulette, le sel et le poivre et laissez cuire 10 minutes. Laissez refroidir.
    Mettez les poireaux dans un saladier et ajoutez le jaune d’oeuf. Mélangez.
    Faites fondre le reste du beurre.
  2. Coupez les feuilles de brick en carré.
    Badigeonnez les carrés de feuilles de brick avec le beurre fondu.
    Enfoncez 2 carrés de feuille de brick beurrés dans un moule à tartelettes en les superposant. Faites de même avec les 3 autres moules.
    Garnissez les feuilles de brick de poireaux cuits puis ajoutez une rondelle de chèvre au centre.
    Enfournez pour 15 minutes dans un four préchauffé à 200°C.

Dégustez chaud.

Beignets au Kiwi

Les ingrédients

  • 3 Kiwis de l’Adour IGP/Label Rouge
  • Pour la pâte à beignets :

  • 3 cuillères à soupe de sucre
  • 1 cuillère à soupe d’huile
  • 3 cuillères à soupe de crème fraîche
  • 1 sachet de levure de boulanger
  • 5cl de rhum
  • 1 pincée de sel
  • 3 œufs
  • 150gr de farine
  • 100gr de maïzena

La préparation

  1. Mélanger les œufs et le sucre. Ajouter la crème fraîche et un peu de rhum. Ajouter l’huile et le sel. Mélanger.
  2. Ajouter petit à petit la farine, la maïzena et la levure. Pétrir et laisser reposer 30 minutes. Peler les kiwis et les couper en 4. Former 12 boules de pâte à beignet.
  3. Insérer les morceaux de kiwi au cœur de chaque boule. Frire les beignets à la friteuse à 180°C jusqu’à obtention de beignet bien colorés.
  4. Saupoudrer de sucre.

Brioches aux pépites de chocolat

Des petites brioches parsemées de pépites au chocolat qui nous rappellent nos goûters ou petits-déjeuners d’enfance. La recette est simple, rapide et elle peut très bien se préparer avec l’aide de vos enfants.

Les ingrédients

  • 250 g de farine
  • 15 cl de lait
  • 10 g de levure de boulanger fraîche
  • 20 g de sucre
  • 40 g de beurre
  • 0,5 c. à c. de sel ou sel fin
  • 150 g de pépites de chocolat

La préparation

  1. Dans un saladier, mettez la farine. Faites un puits : mettez la levure que vous avez préalablement mélangé avec un peu de lait.
    Ajoutez le sucre, le sel, le lait et le beurre mou. Mélangez le tout avec votre main. Vous allez obtenir une pâte collante et c’est normal.
  2. Mettez la pâte sur un plan de travail fariné et commencez à pétrir jusqu’à ce que la pâte soit ferme. Pétrissez énergiquement pendant 10 minutes sans s’arrêter. Ajoutez les pépites de chocolat et continuez à pétrir légèrement pour intégrer les pépites à la pâte. Et si vous avez un robot n’hésitez pas à l’utiliser pour cette recette.
  3. Formez une boule que vous remettez dans le saladier. Couvrez-la avec un torchon et laissez-la gonfler pendant 2 heures à l’abri des courants d’air.
    Faites des pâtons de 50 g chacun et façonnez-les en petits pains bien ronds.
  4. Déposez les petites brioche sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Humidifiez-les avec un pinceau souple légèrement humide, et laissez-les pousser à température ambiante pendant 30 minutes.
  5. Préchauffez votre four à 180°C.
    Mettez les petites brioches au four et laissez-les cuire pendant 15 minutes tout en surveillant régulièrement la cuisson.

Laissez refroidir les petits pains sur une grille avant de les déguster.

Cocotte de Mont d’Or

Une idée originale pour présenter et déguster votre Mont d’Or différemment.

Les ingrédients

  • 1 pain rond
  • 1 mont d’or
  • 3 cl de vin blanc
  • 12 pommes de terre grenaille
  • 4 tranches de lard
  • 2 gousses d’ail

La préparation

  1. Otez le chapeau du pain et retirez la mie de façon à ne garder que la croûte ronde.
    Tassez la mie restante si nécessaire.
    Ajoutez une gousse d’ail en morceaux dans la mie du pain pour le parfumer.
  2. Retirez la boîte en bois et placez le Mont d’or dans le pain.
    Piquez le fromage, arrosez-le de vin blanc et piquez la gousse d’ail en morceaux.
    Enfournez pour 45 minutes à 180°C.
    Pendant ce temps, cuire à l’eau froide les pommes de terre grenaille.
    Piquez le bord d’une tranche de lard dans un pic à brochette, piquez une pomme de terre grenaille, repassez la tranche de lard par-dessus, plantez une seconde pomme de terre, repassez la tranche de lard par-dessus, plantez une dernière pomme de terre et finissez par piquer le lard. Le lard doit slalomer entre les pommes de terre.
    Répéter l’opération pour les 3 autres brochettes.

Ajoutez les brochettes sur la plaque de cuisson du Mont d’or.